Une conférence internationale pour la paix en Corée du Sud soutient la création d'une Assemblée parlementaire des Nations unies

11. mai 2020

Un message final du Forum de PyeongChang pour la paix de cette année, qui s'est tenu du 9 au 11 février 2020 en Corée du Sud et qui a rassemblé environ 4 000 participants, appelle les États membres de l'ONU à "examiner des propositions audacieuses, telles qu'une Assemblée parlementaire de l'ONU et l'Initiative citoyenne mondiale, afin de garantir une consultation et une représentation claires, significatives et légitimes de la société civile au sein du système de l'ONU".

Panel  de l'UN75 avec le Sous-Secrétaire Général des Nations Unies Fabrizio Hochschild (à gauche)

L'appel a été lancé à l'occasion du 75e anniversaire des Nations unies qui est commémoré cette année. Le message indique que "les défenseurs de la société civile sont profondément préoccupés par un système des Nations unies qui est sous-financé, attaqué, sous-utilisé et incapable de répondre de manière adéquate aux nombreux défis auxquels l'humanité et la planète sont confrontées".

Lors d'une table ronde à PyeongChang, l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour les commémorations de l'ONU75, Fabrizio Hochschild, a noté que cela constituait "un paradoxe de notre temps" que les pays se retirent de la collaboration internationale "alors qu'elle est plus nécessaire que jamais".

La proposition d'une Assemblée parlementaire de l'ONU a été évoquée comme un moyen de donner aux représentants de "Nous, les peuples" une voix plus forte dans les affaires de l'ONU.

Jeffrey Huffines, des initiatives de la société civile UN2020 et Together First, a annoncé qu'un Forum des peuples des ONG se tiendra à New York le 23 avril 2020 afin de discuter des positions communes de la société civile mondiale.

Le secrétaire général de la Campagne pour une Assemblée parlementaire des Nations unies, Andreas Bummel, a rappelé que la déclaration finale du Forum des ONG du millénaire, il y a vingt ans, comprenait déjà un soutien fort à un organe des Nations unies composé de représentants élus. "Nous savons que l'environnement actuel des Nations unies n'est pas bon, mais nous devons au moins créer des points de référence solides pour un processus post-2020", a-t-il déclaré.

Plus d'informations :

PyeongChang Message for Peace 2020