Retour sur la 1ère rencontre en France autour de la création d’une assemblée parlementaire des Nations Unies » Campagne pour une Assemblée parlementaire de l'ONU
 

Retour sur la 1ère rencontre en France autour de la création d’une assemblée parlementaire des Nations Unies

François Leray, 27. octobre 2019

“Démocratiser la mondialisation” : échanges et propositions à Paris le 21 septembre 2019 pour la journée internationale de la paix consacrée au changement climatique.

Organisée avec l’Union des fédéralistes européens et Démocratie sans frontières, la conférence "Démocratiser la mondialisation avec la création d’une assemblée parlementaire des Nations unies ?" s’est déroulée à Paris le 21 septembre à la fondation Charles-Léopold Mayer.

Rassemblant une trentaine de participants, d’universitaires, de membres de la société civile de tous horizons, la conférence s’est déroulée autour de trois ateliers centrés sur la résolution des conflits, les droits humains et l’environnement, en cette journée internationale de la paix consacrée au changement climatique.

Des constats ont été partagés et accompagnés de propositions. Les participants ont convenu que la création d’une assemblée parlementaire des Nations Unies doit être une démarche progressive, avec dans un premier temps une assemblée parlementaire aux compétences limitées aux enjeux mondiaux les plus urgents. Un parlement mondial permettrait ainsi par exemple de débattre démocratiquement et à la bonne échelle des crises environnementales globales et des solutions collectives à apporter.
Les conclusions du colloque à télécharger.

Les interventions :
  • Anne-Laure Baldacchino. Ambassadrice du climat pour le Centre de recherche constitutionnelle pour les Nations Unies (CUNCR).
  • Monique Chemillier-Gendreau. Juriste, professeure émérite de Droit Public et de Science politique à l'Université Paris VII – Diderot, agrégée de Droit Public et de Science politique. 
  • Maja Groff. Avocate internationale basée à La Haye, lauréate du New Shape Prize décerné par la Global Challenges Foundation (Suède).
  • Tahar Houhou. “Citoyen du Monde” depuis 1989, engagé dans la vie associative, a participé à quatre sessions de l'Institut des Études Mondialistes.
  • Marion Larché. Docteure en droit public. Auteure d'une thèse sur les fonctions du droit international dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme.
  • Marie-Christine Vergiat. Militante associative et femme politique française, députée européenne de 2009 à 2019. Vice-présidente de la Ligue des droits de l'homme.
De gauche à droite : Marion Larché, Marie-Christine Vergiat, Monique Chemillier-Gendreau, Tahar Houhou (photos : Didier Colmont)
De gauche à droite : Maja Groff, Chloé Fabre (UEF France), Anne-Laure Baldacchino, Guillaume Bullier (UEF France), François Leray (UNPA Campaign) (photos : Didier Colmont)