Une commission mondiale recommande une assemblée parlementaire de l'ONU

Secretariat, 16. juin 2015

Le rapport de la commission sur la sécurité, la justice et la gouvernance mondiales présenté à La Haye

Outil pour redynamiser les Nations-Unies, le rapport de la commission sur la sécurité, la justice et la gouvernance mondiales qui a été présenté au Palais de la Paix à La

Les Co-Présidents de la Commission : L'ancienne Secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, et l'ancien Ministre nigérian des affaires étrangères Ibrahim Gambari à La Haye
Image: globalsecurityjusticegovernance.org

Haye aujourd'hui recommande la création d'une “réseau parlementaire des Nations-Unies”. Selon le rapport intitulé “Affronter la crise de la gouvernance globale”, un tel nouveau corps parlementaire pourrait constituer une “approche pragmatique afin de renforcer les relations entre l'ONU et les citoyens et surmonter le déficit démocratique de la communauté mondiale”.

Le document montre que ce réseau parlementaire pourrait être établi par l'Assemblée générale des Nations-Unies en vertu de l'article 22 de la Charte de l'ONU. “Cela rassemblerait des parlementaires élus par leurs assemblées législatives nationales, afin de discuter et émettre des avis sur les questions relevant de la gouvernance des Nations-Unies qui concernent les citoyens à travers le monde entier”, indique le rapport. La création de cette assemblée est définie comme “une étape vitale qui peut être franchie à court terme” qui est complémentaire aux efforts sur le long terme en faveur de “la création d'une seconde chambre des Nations-Unies permanente et formellement constituée”. La Commission relève que ce réseau parlementaire se concentrerait “sur le gouvernenance de l'ONU elle-même, et sur la facilitation d'un processus de décision plus responsable et inclusif à un niveau global”.

Le rapport et les conclusions principales de la Commission ont été présentés par ses Co-Présidents, l'ancienne Secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright et l'ancien Ministre nigérian des affaires étrangères et Sous-Secrétaire des Nations-Unies pour les Affaires Politiques Ibrahim Gambari. Selon la Secrétaire Albright, le monde a besoin “d'outils de gouvernance globale plus efficaces, avec différents types d'institutions publiques, privées et mixtes conçues pour les défis du vingt-et-unième siècle”.

Les recommandations mises en évidence pendant la présentation incluent la création d'une “capacité de nouvelle génération des Nations-Unies en matière de médiation des conflits et d'opérations de maintien de la paix”, le renforcement de la responsabilité à “prévenir, protéger et reconstruire”, l'innovation dans le domaine de la gouvernance climatique, l'amélioration de la coordination institutionnelle G20-Nations Unies-Institutions issues des accords de Bretton Woods, l'élargissement du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la diminution du l'usage du droit de veto, ou encore le renforcement de la Court Internationale de Justice.

La Campagne internationale pour une Assemblée Parlementaire des Nations-Unies, un réseau informel de parlementaires et d'organisations de la société civile, a applaudi le soutien de la Commission pour la création d'un Réseau Parlementaire des Nations-Unies. “Soixante-dix ans après la création des Nations-Unies il est grand temps pour une assemblée formelle de l'ONU qui permette aux représentants élus d'être impliqués dans les affaires de l'organisation mondiale, a indiqué le coordinateur de la campagne, Andreas Bummel.

En savoir plus

Télécharger le rapport et les résumés complets ici

Top image: Présentation du rapport au Palais de la Paix, globalsecurityjusticegovernance.org

Traduction : François Leray