La Table ronde parlementaire sur la désertification soutient une UNPA

Secretariat, 3. octobre 2013

Une conférence réunissant 65 législateurs internationaux adopte la déclaration

La Table ronde parlementaire sur la désertification, organisée à Windhoek, en Namibie, les 20 et 21 septembre 2013, a émis une déclaration sur « le rôle des parlementaires dans les efforts visant à lutter contre la désertification, la dégradation des sols et la sécheresse » et sur « les contributions parlementaires à la création d'un monde sans effet sur la dégradation des sols dans le contexte

Logo de la conférence CP 11 de la CLD à Windhoek
Image: UNCCD

du programme de développement pour l'après-2015 ». Selon les vingt recommandations finales, les législateurs doivent « promouvoir la création d'une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies ». Ce document déclare également que « des mécanismes de contrôle parlementaire, par exemple du Fonds pour l'environnement mondial, des banques de développement régionales, du Fonds vert pour le climat » devraient être créés.

La 10e table ronde des parlementaires a été organisée parallèlement au déroulement de la 11e session de la Conférence des parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, la CLD. Organisée conjointement par le Parlement national de Namibie et le secrétariat de la CLD, cette table ronde a réuni 65 parlementaires originaires de 18 pays. Cette déclaration sera présentée lors de la dernière session plénière de la Conférence des parties, CP 11, qui se termine vendredi 27 septembre.

Le manuel des Nations Unies sur le rôle des parlementaires dans la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification publié fin juillet suggère que les parlementaires impliqués dans ce processus « pourraient jouer un rôle décisif » dans la création d'une Assemblée parlementaire auprès de l'ONU.

Selon une déclaration adoptée en novembre 2009 par la Table ronde parlementaire de la CLD, « une Assemblée parlementaire auprès de l'ONU pourrait renforcer l'efficacité, la transparence, la représentativité, la pluralité et la légitimité du travail effectué par les institutions composant le système onusien. La création d'une APNU pourrait également constituer l'axe central du contrôle parlementaire sur le nouveau système de gouvernance financière et économique internationale ».

Télécharger la déclaration

Pour en savoir plus

26 août 2013 : le manuel de la LCD réaffirme son soutien à la création d'une Assemblée parlementaire à l'ONU

6 novembre 2009 : des parlementaires débattent de la désertification et apportent leur soutien à la création d'une Assemblée parlementaire à l'ONU

Image du haut : gestion de la désertification à Tinfou au Maroc en 2011, par Richard Allaway, CC BY 2.0