La nouvelle assemblée citoyenne mondiale devra figurer sur l'agenda de l'après 2015

Secretariat, 17. mai 2013

Le projet a été présenté lors d'une réunion organisée par Alfred de Zayas, l'expert indépendant de l'ONU

La création d'une assemblée parlementaire mondiale était l'un des sujets de la consultation organisée jeudi dernier au Palais des Nations à Genève par Alfred de Zayas, l'expert indépendant des Nations Unies pour la promotion d'un ordre international démocratique et équitable.

Lors de l'ouverture de la réunion, M. de Zayas a souligné que l'existence d'un déficit démocratique au niveau mondial

Andreas Bummel, le représentant de la campagne (à gauche) et Alfred de Zayas, l'expert indépendant des Nations Unies (à droite) à Genève
Image : CCAPNU

est maintenant largement reconnue. Selon lui, « le lien entre le pouvoir et les peuples a été rompu ». L'objectif de cette réunion était de recueillir l'opinion de différents experts quant aux mesures à recommander afin de « renforcer la participation totale, équitable et efficace au niveau international comme national ».

Dans une déclaration effectuée lors de cette réunion, Andreas Bummel, le représentant de la Campagne pour la création d'une Assemblée parlementaire auprès de l'ONU, a fait valoir que la démocratisation de l'ordre international doit viser à promouvoir la dignité et la valeur de chaque être humain, ainsi que l'égalité fondamental de tous les citoyens du monde. Selon lui, si l'on prend en compte le fait que les Nations Unies sont une organisation de nature intergouvernementale fondée sur les États, « le défi consiste à trouver différentes manières de créer dans ce contexte un espace permettant de relier plus directement la prise de décision au niveau mondial aux citoyens du monde en tant qu'individus ».

Selon M. Bummel, un organe devrait être créé au sein de l'ONU afin de « permettre aux citoyens du monde de s'exprimer aux Nations Unies par l'intermédiaire d'une représentation plus directe ». « L'idée sous-jacente est d'accroître la participation en augmentant la représentation politique », a-t-il déclaré.

Les membres de ce nouvel organe pourraient soit être délégués par les parlements nationaux, soit, si les États en décident, être élus directement. Faisant référence aux organes parlementaires de l'Union européenne, au Conseil de l'Europe et à l'Union africaine, il a insisté sur le fait qu'une assemblée parlementaire auprès de l'ONU « ne contredirait d'aucune manière la nature intergouvernementale des Nations Unies ».

Quant aux discussions internationales en cours relatives aux objectifs de développement après 2015, M. Bummel a déclaré que le nouveau cadre devra inclure un rapprochement vers une gouvernance démocratique mondiale axée sur les citoyens. « Il faut sérieusement envisager la contribution qu'une assemblée parlementaire auprès des Nations Unies pourrait apporter aux mécanismes pouvant assurer les aspects de responsabilisation, d'établissement de rapports, de suivi et de dialogue continu quant à la réalisation des objectifs de l'après 2015 », a-t-il déclaré. Cela correspond à l'appel lancé en début d'année par la société civile mondiale dans un rapport de synthèse, selon lequel le cadre de développement de l'après 2015 devra « comporter des objectifs de réforme et de démocratisation des institutions mondiales».

Parmi les autres thèmes abordés lors de la réunion, on compte la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, le renouvellement de l'Assemblée générale des Nations Unies, la démocratie directe, le rôle des parlements nationaux au sein de l'arène internationale comme nationale, ainsi que la situation des peuples et nations indigènes.

Cette consultation a été organisée par l'expert indépendant dans le cadre du rapport qu'il soumettra aux Nations Unies en octobre.

Télécharger la déclaration en entier (PDF)

Pour en savoir plus

3 novembre 2012 : l'expert indépendant de l'ONU va examiner les propositions de création d'une APNU

29 novembre 2012 : l'expert indépendant de l'ONU réaffirme que la création d'une Assemblée parlementaire aux Nations Unies doit être explorée

Image du haut : réunion d'experts à Genève, CCAPNU