Un manifeste met en lumière le lien entre durabilité et démocratie « à tous les niveaux »

Secretariat, 20. mars 2013

Ce manifeste populaire établit un agenda mondial d'action et soutient la création d'une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies

Un Manifeste pour la démocratie et la durabilité a été publié hier, avec le soutien de certains de ses signataires initiaux venant de 25 pays. Selon ce document, les activités humaines ont dépassé les limites naturelles de la planète tandis que la démocratie « échoue à garantir la durabilité ». Les auteurs du texte ont identifié les domaines dans lesquels il est urgent que la démocratie fournisse un environnement sain et équitable envers tous en même temps. Ce document compte « servir de guide à un mouvement mondial pour le changement » visant à

Les participants à l'atelier de consultation organisé par l'association Salzburg Global Seminar en décembre 2012
Image : Rob Fish/SGS

« transformer la démocratie pour en faire un moteur de la durabilité ».

« La démocratie et la durabilité sont les deux éléments fondamentaux de l'héritage que nous transmettront aux générations futures, mais leur interdépendance cruciale a été négligée », a déclaré John Lotherington, président de la Fondation pour la démocratie et le développement durable (FDSD), l'organisation à l'origine du processus international ayant produit le manifeste.

Le manifeste souligne entre autres que « les intérêts de toutes les personnes concernées par les décisions publiques doivent être pris en compte. Les décideurs politiques à tous niveaux devraient également rendre des comptes à toutes les personnes concernées ». En conséquence, selon ce texte, « l'échelle et les effets des défis en matière de durabilité exigent souvent que la démocratie outrepasse ses frontières nationales. La prise de décision au niveau international devrait se fonder sur la démocratie et non pas sur l'intérêt personnel de gouvernements individuels ou de groupes de gouvernements ». Ce document s'engage sur plusieurs points et affirme entre autres son soutien à la « création d'une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies en tant que première étape vers un système démocratique mondial ».

Andreas Bummel, le Secrétaire général de la Campagne pour la création d'une APNU, l'un des « signataires fondateurs » du manifeste, explique que « la clé d'une société mondiale durable, respectant les limites naturelles de la Terre, n'est pas moins, mais davantage de démocratie. Cela est particulièrement vrai au niveau mondial, où la démocratie fait toujours virtuellement défaut. L'une des caractéristiques remarquables de ce manifeste est qu'il appelle à renforcer la prise de décision, la participation et la représentation démocratiques à tous les niveaux de gouvernance ».

Lancer la vidéo du manifeste

Sharan Burrow, une autre « signataire fondatrice » du manifeste et par ailleurs Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale a déclaré que « nous faisons tous partie d'un mouvement démocratique mondial pour le changement. Il s'agit d'une initiative importante ».

Le manifeste est au cœur d'une nouvelle plate-forme en ligne invitant le public à partager ses idées et actions en matière de démocratie et de durabilité. Les membres fondateurs comptent des hommes et femmes politiques, anciens comme actuels, des experts, des éducateurs et des activistes, ainsi que des personnes intéressées par ces thématiques, et des réseaux et des alliances évoluant au niveau national, international et local.

Lisez et adoptez le manifeste

Image du haut : logo de l'initiative par la FDSD