Le Parlement des Nations unies a été encouragé lors du Forum suédois pour les droits humains

Secretariat, 16. novembre 2012

Séminaire sur « le droit d'avoir une influence dans une société globale » présente les caractéristiques d'une proposition pour une Assemblée parlementaire des Nations unies.

La campagne internationale pour une Assemblée parlementaire des Nations unies était présente lors du Forum suédois annuel pour les droits humains qui s'est tenu dans la ville de Gothenburg les lundi et mardi de cette semaine. Le lundi, Christer Winbäck, membre du Parlement suédois et supporter de la campagne ainsi que Petter Ölmunger, coordinateur national de la campagne en Suède tinrent un séminaire très fréquenté sur « le droit d'avoir une influence dans une société globale. »

Christer Winbäck, un membre de la commission des affaires étrangères,

Les partisans sur le stand de la campagne lors du Forum suédoise pour les droits de l'homme. À la gauche Petter Ölmunger, le coordonnateur national
Image: CEUNPA

expliqua que le gros avantage des Nations unies, c'est que presque tous les pays en sont membres et que l'organisation est très respectée dans la plupart d'entre eux. Il dit cependant : « ce qui manque à l'ONU, c'est une participation parlementaire, le caractère démocratique. » Cela pourrait être réalisé par l'instauration d'une assemblée parlementaire. « Je suis convaincu », affirma M. Windbäck, « qu'avec une ONU qui deviendrait plus démocratique avec cette assemblée parlementaire, nous aurions une organisation plus transparente et légitime. »

Comme les réformes fondamentales de l'ONU sont difficiles à réaliser, on pourrait dans une première étape installer la nouvelle assemblée en tant qu'organe consultatif : « si nous le voulons, il est tout à fait possible de créer une telle assemblée au sein de l'ONU. Les dispositions existantes permettent à l'Assemblée générale de l'ONU de le faire, » dit M. Winbäck à une assistance d'environ 80 personnes. M. Windbäck, répondant à une question sur la possibilité qu'une telle démocratisation de l'ONU puisse inspirer aussi un développement démocratique au niveau national, dit qu'il pensait que tel serait le cas, à la fois à travers les échanges interparlementaires qu'une Assemblée parlementaire de l'ONU augmenterait et par le fait que l'ONU deviendrait, à cet égard, un « meilleur exemple ».

En plus du séminaire, les supporters d'une Assemblée parlementaire de l'ONU utilisèrent l'occasion du Forum suédois pour les droits humains pour se réunir, discuter et promouvoir la proposition et le projet sous-jacent de renforcer la voix de l'humanité dans les affaires internationales. Il y avait parmi eux Johan Lönnroth, ancien parlementaire suédois et vice-président du Parti de Gauche qui a écrit sur la nécessité d'une démocratie globale dans son livre De tredje vänstern (La troisième Gauche).

Petter Ölmunger qui coordonne les activités de la campagne en Suède évalua ensuite la participation au Forum suédois des droits humains : « Nous avons eu un très bon séminaire, plusieurs discussions et réunions de grande valeur et ce n'est pas le moindre, nous nous sommes bien amusés ! Aussi, à travers notre participation, il nous a semblé très juste d'aider à souligner le rapport entre les droits humains et la démocratie. Si les droits humains sont mondiaux, alors la démocratie doit aussi être mondiale. »

Un flyer suédois nouvellement créé a été distribué durant le forum et M. Ölmunger dit qu' : « il apportait une aide importante pour présenter la campagne. »