Le Congrès des fédéralistes renforce le soutien à la démocratisation mondiale

Secretariat, 20. juillet 2012

Adoption d’une résolution sur la démocratie mondiale

Le 26ème congrès mondial du Mouvement Fédéraliste Mondial - Institut pour une Politique Mondiale (WFM-IGP), réuni la deuxième semaine de juillet à Winnipeg, Canada, a réaffirmé le soutien de ce mouvement international pour une démocratisation mondiale. Une résolution votée à l’unanimité par des délégués de plus de 20 pays souligne que «le printemps arabe, les mouvements Occupy ou des Indignés, et d’autres formes de protestation sociale ont montré un mécontentement croissant envers l’ordre politique mondial,

Réunion des fédéralistes à Winnipeg
Image: CEUNPA

et soulevé la question de démocratiser la mondialisation en mondialisant la démocratie». Le WFM - IGP mène des programmes internationaux majeurs en faveur de la Cour Pénale Internationale (ICC) et de la Responsabilité de Protéger (R2P). L’organisation a déterminé qu’elle devait être un «pilier» de la stratégie visant à faciliter «la canalisation de l’énergie sociale dans le développement concret d’un parlement mondial et d’un ordre mondial démocratique».

Développement d’une Assemblée Parlementaire des Nations unies

Alors que le WFM-IGP célébrait cette année son 65ème anniversaire, le mouvement a débattu des détails de sa politique de soutien à la création d’une Assemblée Parlementaire des Nations unies. Le congrès a déterminé «qu’une telle assemblée pourrait être établie par l’Assemblée générale selon l’article 22 de la charte des Nations unies et ainsi, qu’elle ne nécessiterait pas d’amendement de la charte. Elle pourrait se développer par étapes, en commençant par des parlementaires élus soit par leur législature nationale ou, si les pays sont disposés à le faire, par élection populaire directe. Elle pourrait par la suite être constituée entièrement par élection directe. L’Assemblée parlementaire pourrait, de concert avec l’Assemblée générale des Nations unies, se voir graduellement accordée davantage de compétence législative.» En outre, le mouvement a déclaré que «la transparence démocratique et la responsabilité devrait s’appliquer tant aux institutions mondiales actuelles que futures par le biais d’organes de contrôle parlementaire représentés démocratiquement».

Panel de discusión

Parmi les intervenants au panel de discussion figuraient Bill Blaikie, ancien Vice-président de la Chambre des Communes du Canada, l’ancien député Warren Allmand, président du WFM Canada, et Andreas Bummel,

Andreas Bummel, Bill Blaikie et Warren Allmand (de gauche à droite)
Image: CEUNPA

secrétaire-général de la campagne pour une Assemblée parlementaire des Nations unies. Un large accord a émergé durant le débat sur le fait que le soutien au niveau local doit être porté plus loin. «Historiquement, les parlements n’ont cédé que devant la pression populaire. Lorsque cette pression s’accentuera, un parlement mondial verra le jour», a déclaré M. Allmand. Selon M.Blaikie, «nous avons déjà une gouvernance mondiale, que cela nous plaise ou non, mais elle n’est pas démocratique». M. Bummel a rappelé un slogan utilisé lors des protestations contre l’Organisation Mondiale du Commerce à Seattle en 1999 : «Pas de mondialisation sans représentation». Le panel de discussion a été suivi par la présentation d’une nouvelle étude baptisée Créer une assemblée parlementaire mondiale : un voyage évolutionniste, écrite par Joseph Schwartzberg.

L’un des principaux partisans de la démocratie mondiale et d’une assemblée parlementaire des Nations unies, l’ancien parlementaire argentin Fernando Iglesias, a été élu nouveau président du Conseil du WFM-IGP, succédant au canadien James Christie. Le président du mouvement est Lloyd Axworthy, ancien Ministre des affaires étrangères du Canada.

Enfin, durant la dernière session de la réunion, le Mouvement fédéraliste mondial a déclaré son approbation du «Manifeste pour une démocratie mondiale», récemment publié.

Ci-dessus: Photo de groupe des participants à la WFM - IGP Congrès, CEUNPA