Un Parlement Mondial sur le changement climatique

Secretariat, 26. juillet 2010

Lors d’une conférence organisée par l’Australian National University à Canberra, des experts ont suggéré la création d’un parlement mondial pour la résolution des questions climatiques dans le monde. Composé premièrement d’environ 550 délégués de différents parlements nationaux, cette  nouvelle institution pourrait être établie en tant qu’organe consultatif auprès de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, CCNUCC.

« Le changement climatique est l’une des questions les plus importantes de ce siècle et il urge d’y apporter une réponse efficace au niveau mondial. Nous sommes convaincus qu’une assemblée parlementaire mondiale permettrait de donner un nouvel élan au processus de négociation », a  déclaré Duncan Kerr, parlementaire Australien et un des trois corédacteurs de la proposition.

Le député Duncan Kerr présentant le document à Canberra
Image: KDUN

Le document présenté indique qu’une assemble parlementaire permettrait d’améliorer le “vicieux” processus de prise de décision au sein du CCNUCC. Selon Duncan Kerr et ses  coauteurs notamment Fernando Iglesias, député Argentin et Andreas Bummel, président du Comité pour une ONU Démocratique en Allemagne, l’approbation d’un accord par une assemblée parlementaire mondiale « aurait une légitimité sans précédent.» Ils soutiennent que «cette légitimité exercerait une pression morale sur les uns et les autres afin d’adhérer à tout protocole autre que celui de Kyoto et de s’y conformer. »

Parlant de l’un des buts du parlement, M. Kerr a expliqué que le parlement servirait de plateforme formelle pour faciliter et organiser des discussions publiques et rassembler les contributions émanant d’experts, de la société civile et des populations dans leur ensemble. “Contrairement aux hauts diplomates qui représentent les gouvernements et sont par conséquent tenus de leur rendre compte, les délégués d’une assemblée parlementaire devraient principalement rendre compte à leurs électeurs. Leurs rôles seraient d’entrer en contact avec les groupes travaillant sur la question du changement climatique et les organisations de la société civile et d’échanger avec eux,” a déclaré M. Kerr.

L’Allemand Jo Leinen, Président de la Commission Parlementaire Européenne sur l’environnement, la Santé Publique et la Sécurité Alimentaire, a favorablement accueilli la proposition. « Une Assemblée Parlementaire Mondiale représenterait l’intérêt commun de l’humanité dans sa quête de solution efficace au problème du changement climatique. Il importe d’envisager  cette perspective afin d’annihiler les contestations des gouvernements nationaux” a dit M. Leinen. Il a renchérit que « Tout comme le Parlement Européen commença en tant qu’assemblée consultative de la Communauté Européenne sur le Charbon et l’Acier dans les années 50, un parlement mondial pourrait d’abord être institué en tant qu’organe consultatif sur les questions climatiques.»

Halina Ward, directrice de la Fondation pour la Démocratie et le Développement Durable du Royaume Uni a ajouté que «  la proposition d’un parlement mondial sur le changement climatique répond à d’importantes questions relatives aux voies et moyens à adopter pour améliorer la représentation de la population de la planète au niveau de la gouvernance mondiale du climat. C’est une proposition bien réfléchie à laquelle il faudrait accorder beaucoup de considération. »

La conférence sur la « Démocratisation de la Gouvernance du Climat » s’est tenue du 15 au 16 juillet à Canberra.

Téléchargez le document "Démocratiser la Politique du Climat à l’échelle Mondiale par la mise en place d’une Assemblée Parlementaire des Nations-Unies"

Image du haut : Lake Hume, Australie, de Tim Keegan, Creative Commons (Flickr)