Démocratie mondiale et vote mondial débattus au Parlement Européen

Secretariat, 1. mars 2010

Dans le cadre d’une rencontre au Parlement Européen organisée par Graham Watson, législateur Européen, the Club of Rome – EU Chapter et la Campagne pour la Création d’une Assemblée des Nations Unies, les éléments fondamentaux pouvant permettre l’établissement d’une démocratie mondiale future ont été discutés. Ce fut à l’occasion d’une projection spéciale du documentaire « World Vote Now » réalisé par Joel Ben Marsden.

Jessica Elio, chargé d’affaires de l’ambassade de Bolivie auprès de l’Union Européenne s’est exprimée sur la proposition d’un referendum mondial du Président Evo Morales, laquelle proposition a été formulée lors du dernier sommet sur le climat à Copenhague. « Lors de son déplacement à Copenhague, mon président fut principalement frappé par le manque de démocratie », a-t-elle indiqué. « Il est désormais du ressort des populations de décider de ce dont les états n’ont pas été en mesure de décider ». Selon le président Morales, les citoyens de toutes les nations devraient être interrogés entre autres sur le changement du mode de consommation

Graham Watson (à gauche) et Pau Solanilla (à droite) lors du débat
Image: KDUN

dans le monde et sur la réduction des émissions de polluants de 1%. Elio a ajouté que « le Président Morales a formulé cette idée, la décision finale devrait être connue à l’issue d’un vote mondial ».

Représentant de la Présidence Espagnole du Conseil de l’Union Européenne, Pau Solanilla a déclaré qu’ « il nous faut créer les conditions de ce processus démocratique ». Pour lui, la démocratie mondiale implique 5 conditions fondamentales à savoir la citoyenneté mondiale avec des droits et devoirs égaux, une constitution mondiale et des règles au niveau mondial, une opinion publique mondiale et un débat mondial, une assemblée parlementaire au niveau mondial et de véritables acteurs politiques mondiaux « qui n’envisagent uniquement pas leurs intérêts ou ceux de leur territoire, mais plutôt ceux du monde entier. »

Solanilla, Conseiller Parlementaire du Secrétaire d’Etat Espagnol pour l’UE a souligné que « nous avons besoin d’une certaine assemblée parlementaire ».

Le Directeur du Secrétariat de la Campagne pour la Création d’une Assemblée Parlementaire des Nations Unies, Andreas Bummel, a indiqué que les efforts en vue d’une démocratie mondiale sont étroitement liés à la lutte pour l’établissement de la démocratie au niveau national. « Ils sont liés l’un à l’autre et ne peuvent être dissociés », a-t-il affirmé.

Se prononçant sur le débat, le Directeur du Bureau Europe d’Amnesty international a déclaré : « Je ne perçois pas la raison pour laquelle l’utopie d’une démocratie mondiale ne deviendrait pas une réalité ».

En résumé, Graham Watson a soutenu que « les gens reconnaissent que nous avons une économie mondiale mais nous n’avons toujours pas une culture mondiale, un gouvernement mondial, encore moins une vision cohérente des questions d’ordre mondial. Je crois que c’est ce à quoi nous devons nous atteler ».

Déclaration de Bruxelles relative à la Démocratie mondiale

Watson a, lors de la rencontre, présenté la déclaration de Bruxelles relative à la démocratie mondiale qui exige la mise en œuvre « de structures démocratiques sûres au niveau mondial » et « l’étude des mécanismes et conditions préalables qui rendent possible l’organisation d’un referendum mondial. »

Au nombre des premiers défenseurs de cette déclaration : l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, le Docteur Boutros Boutros Ghali, UBUNTU-World Forum of Civil Society Networks, the Club of Rome – EU chapter et the Union of European Federalists.

Télécharger la déclaration
Photos de l'événement
Plus sur le film "World Vote Now"