Les juges suprêmes des pays du Sud appellent à un parlement mondial

Secretariat, 10. février 2010

La résolution finale d'une conférence internationale réunissant des juges passés et actuels des cours suprêmes de plus de 30 pays, qui a eu lieu à Lucknow, en Inde, appelle à une révision de la Charte des Nations Unies et à l'établissement d'un parlement mondial. La déclaration, adoptée à l'unanimité par plus de 100 participants, soutient que la Charte devrait être révisée « dans l'idée de faire de l'ONU une institution pleinement démocratique, représentative et efficace pour le

Le juge suprême de l'Ouganda, B.J. Odoki, fondateur de l'école J. Ghandi, et le juge suprême de l'Afghanistan, Azimi, en présentant la résolution
Image: CMS

maintien de la paix et de la sécurité de l'humanité, ayant pour objectif ultime la création d'un gouvernement mondial.» Le document stipule que « toutes les lois du monde devraient être promulguées par un parlement mondial élu » et qu'une « cour de justice mondiale devrait être établie pour appliquer les lois votées par le parlement mondial.»

Participaient à la conférence, entre autres, les juges en chef des Cours Suprêmes d'Afghanistan, du Bénin, du Burkina Faso, d'Érythrée, d'Éthiopie, de Madagascar, des Maldives, du Monténégro, des Seychelles, d'Afrique du Sud, du Swaziland, du Tchad et d'Ouganda, les vice-présidents des Cours Suprêmes d'Égypte, du Laos, du Tadjikistan et de Turquie, et six anciens juges de la Cour Suprême indienne.

Il s'agit de la 10ème conférence de ce genre organisée par la City Montessori School (CMS) de Lucknow, dans l'État d'Uttar Pradesh en Inde. Avec ses 35 000 élèves, l'école est considérée la plus grande école du monde établie dans une seule et même ville. La conférence a eu lieu du 11 au 14 décembre 2009.