Au Népal, les Fédéralistes d’Asie du Sud cherchent à obtenir un soutien à l’APNU

Secretariat, 8. octobre 2009

Samedi dernier, la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies (APNU) a été présentée pour la première fois au Népal au cours d’un meeting organisé par les Fédéralistes d’Asie du Sud et l’Institut national de la presse. Le président des Fédéralistes d’Asie du Sud, le Docteur James Arputharaj, a expliqué à Katmandou que le but de la campagne est de « donner la parole aux citoyens du monde au sein des Nations Unies ». D’après le Dr Arputharaj, qui effectue la promotion de la campagne en Asie du Sud, « une gouvernance mondiale efficace est d’une extrême importance afin de garantir la stabilité et le bien-être de notre civilisation humaine mondialisée. Mais si l’on veut renforcer l’ONU et les autres institutions mondiales, nous n’avons pas d’autre choix que de les rendre plus démocratiques et réactives aux besoins des citoyens ordinaires. Un lien direct doit exister entre le peuple et le processus de prise de décision au niveau mondial ». En tant que premier pas dans cette direction, le Dr Arputharaj préconise la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies « où les représentants élus par les peuples pourraient se rassembler et délibérer des questions mondiales ». Le coordinateur de la campagne a déclaré que « l’APNU viendrait compléter l’Assemblée générale de l’ONU en tant que chambre basse ».

Depuis son lancement en avril 2007, la campagne a obtenu le soutien de plus de 600 parlementaires et d’organisations de la société civile dans le monde entier. Le Dr Arputharaj, qui a rencontré Minendra Rizal, le ministre de la Culture et des Affaires parlementaires, a cherché à obtenir le soutien du gouvernement népalais au projet de création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies. « Le Népal, en tant que plus jeune démocratie d’Asie du Sud, peut jouer un rôle majeur au sein de la campagne et se faire entendre en vue d’obtenir un parlement populaire aux Nations Unies », a déclaré le Dr Arputharaj, cité dans un rapport publié par República. La présentation à Katmandou a été suivie par plusieurs chaînes de télévision et journaux nationaux.